Plus que 2 semaines…

Adcopy1

Le temps passe tellement vite.

Je me rappelle de cette journée comme si c’était hier. Il y a 4 ans et demi, au PEPS de l’Université Laval, alors que le gérant en poste chez Nautilus Plus me contactait pour me dire que c’était terminé… je venais de perdre mon emploi. (Ils ont eu raison quand même, j’ai amené des clients ailleurs, ce qui n’est pas vraiment légal).

Du jour au lendemain j’ai dû me débrouiller. J’ai dû communiquer avec les gens autour de moi pour me faire connaître comme entraîneur. Au début, je me déplaçais chez les gens. Sans le sou et sans expérience d’affaires, je me disais que l’entraînement à domicile était la meilleure façon de commencer.

Capture d’écran 2017-01-10 à 12.24.57
Mon premier logo de compagnie, lorsque j’étais associé.

 

Après près d’un an à me déplacer à gauche et à droite, à débarquer les haltères et mon ballon de mon auto l’hiver, traîner les sacs d’élastiques et à me déplacer dans les heures de trafic, je me suis dit que s’en était assez. Je me suis dit que si je me louais un tout petit local, je pourrai rencontrer et aider plus de gens, sans que je perde le mien à me déplacer toute la journée. Mes clients venaient à ce moment me voir au local, mais s’entraînaient à domicile. J’ai donc demandé à Chloé (je te salue d’ailleurs, ça fait longtemps!) de créer mon image de marque et mon premier site web « Pierre-Hugues Entraîneur Personnel ». J’ai loué un petit local de 300 pieds carrés. J’étais mort de peur. Pour la première fois en affaire, j’avais des dettes. Je devais équiper un local, et je me ramassais avec un loyer fixe, des achats à faire, un plus gros volume d’affaire à gérer.

Capture d’écran 2017-01-10 à 12.19.01
Mon premier site web!

 

Je me demande comment j’ai fait pour réussir dans un local aussi petit, sans fenêtre ouverte, avec une odeur persistante de pneu qui se dégageait du tapis de caoutchouc que j’avais installé. (On apprend de nos erreurs, semble-t-il). Une année s’est écoulée. Les rendez-vous se sont accumulés. Au passage, j’ai eu ma première entraîneure, Geneviève (salut aussi!). C’était la première fois que j’avais une employée. Mes responsabilités devenaient différentes.

Après un an, je sentais qu’un centre à Sillery, ça serait bien. Il n’y en avait pas. Avec ce centre, mes clients ne seraient pas obligés de payer mon taux horaire pour s’entraîner avec mes installations (à 300 pieds carrés, tu ne fais pas d’abonnements, tu comprends!). J’ai donc visité le local de la rue Sheppard. 2600 pieds carrés. Le loyer coûtait mes ventes mensuelles du moment. C’était complètement illogique. Au moment où j’étais en position d’accumuler une certaine richesse et des bénéfices, j’ai décidé de déménager dans un local qui me coûtait l’ensemble de mes ventes. Avec du recul, prendre mon temps aurait été quelque chose de plus sensé, mais bon, je ne savais pas trop ce que je faisais. Je me disais: « Si ça marche, tant mieux, et si je fais faillite, je prends mon sac à dos et je m’en vais quelque part dans le monde ». Dans les deux cas, j’aurais été gagnant.

10357834_10152498698908269_3863780137980765974_n
La première équipe du centre!

 

Par contre, quand j’ai ouvert, le local, c’était moi. Le local, c’était Pierre-Hugues. Les gens s’identifiaient beaucoup à moi. De plus, je me suis rendu compte qu’il fallait tellement de clients pour que je survive dans un tel local! Je ne pensais pas que cela aurait autant fonctionné. Jamais je n’aurais pensé avoir l’équipe exceptionnelle que j’ai maintenant, qui partage et fait évoluer ma philosophie. Si au départ je croyais être seul à vouloir transformer des vies (et non pas juste transformer le physique de mes clients), je me suis vite rendu compte que beaucoup de gens attendaient cela. Une approche plus humaine. Basée sur l’écoute, le respect des différences et la connaissance et l’évolution de soi. Une approche plus globale.

Si, quand j’ai ouvert, je n’avais aucune vision à moyen et long terme, et que je n’étais pas outillé, par ma formation, à penser de façon stratégique en affaires, maintenant je le suis davantage. Et je sens que le centre se devait d’avoir une image créant un sentiment d’appartenance plus fort. Des locaux mieux aménagés. Des services différents et mieux définis. Une équipe avec des liens encore plus forts, unis par des valeurs communes et une mission commune: celle de faire de chacun de nos clients des êtres d’exception.

Je remercie tous ceux et celles qui ont fait parti du parcours de mon évolution et de l’évolution du centre, Geneviève, Chloé, Julie, Stéphane, Claire, Bernard, Jérôme, Sandra, Xavier, François, Jordan, Patrick, Philippe, Jules, Charles, Pascale, Mia, ainsi que chacun des clients qui m’ont, et qui nous ont fait confiance au fil des ans.

Dans deux semaines, nous procéderons à la grande réouverture, et je suis plus qu’excité de vous présenter un centre rafraîchissant avec des valeurs solides et une vision nouvelle.

Bonne journée! :)

Pierre-Hugues

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.